Quelle économie face à une démographie galopante ?

Quelle économie face à une démographie galopante ?

L'humanité a franchi la barre de 7,60 milliards de représentants au début de 2018. D'ici 2050, le nombre des habitants de la terre atteindra les 9,8 milliards selon un rapport de l'ONU. Alors, quelle forme d'économie permet de répondre aux besoins de cette population toujours en augmentation ? Voici une série de réponses à cette question.

L'économie de marché avec ses objectifs désuets

Née entre 1650 et 1750, l'économie du marché se veut être dynamique, ouverte et anticipative. La découverte et l'établissement des prix sur le marché deviennent dépendants du mécanisme de l'offre et de la demande.

Le risque d'incompatibilité entre le développement durable et la maximisation du profit voulue par les entreprises est réel avec une économie de marché non régulée. Toutefois, à l'origine de la 3e révolution industrielle, le modèle économique actuel a été fustigé de critique par les observateurs car il tend à se limiter au marché seul.

Cette économie de l'offre et de la demande est d'ailleurs une des causes des différentes crises et de la surexploitation des ressources. La révolution industrielle 4.0 qui est en marche permet heureusement de corriger ce tir. L'Europe doit profiter des opportunités qui accompagnent cette révolution pour se reconstruire économiquement selon André-Jacques Auberton-Hervé. Les entreprises 4.0 peuvent profiter du gigantesque marché européen avec ses 500 millions de consommateurs, toujours d'après André-Jacques Auberton-Hervé, si elles sont capables de réagir vite.

La bioéconomie pour un avenir meilleur

Le système économique actuel ne permet plus de répondre aux besoins des populations de plus en plus nombreuses sur la planète d'ici peu. Il faudra trouver une nouvelle perspective qui participe à l'amélioration des conditions de vie des hommes et respectueuse de l'environnement.

La bioéconomie se place alors comme solution qui révolutionnera le monde dans la mesure où les progrès l'entourant peuvent aboutir à d'importantes avancées socio-économiques. Ces évolutions contribuent à l'amélioration des rendements agricoles, des processus industriels, de la santé et à préserver l'environnement. Le développement du renouvelable constitue aussi un défi majeur de la bioéconomie à cause du fait que les énergies vertes sont une réelle alternative aux énergies fossiles polluantes. Le cabinet 4A Consulting & Engineering prend déjà part à ce défi en soutenant les projets renouvelables. Fondé en 2015 par M. A-J Auberton-Hervé, 4A Consulting & Engineering exerce également dans le management de l'innovation.

Le défi climatique avec la bioéconomie

Les conséquences de la dérive de l'effet de serre font déjà souffrir beaucoup de personnes. En 2017, le nombre de personnes concernées par la sous-alimentation est de 821 millions. La dégradation climatique continue pourtant ses œuvres destructrices à travers les tempêtes, les inondations et la sécheresse qui touchent plusieurs zones du globe.

La bioéconomie doit alors permettre à l'humanité de gagner du temps afin de pouvoir innover et s'adapter au changement climatique. Neutraliser le plus de carbone que possible dans l'atmosphère, voilà un challenge de taille qui nous attend pour prévenir le pire. L'urgence est aussi d'agir à travers les projets compatibles au développement durable tels que l'exploitation des énergies renouvelables. L'entreprise Soitec, actuellement leader dans les semi-conducteurs, a déjà franchi les pas dans l'exploitation du solaire. Soitec, fondé en 1992 par l'entrepreneur A.J Auberton-Hervé, s'est fait connaître pour ses réalisations innovantes dans les technologies photovoltaïques.